ATTENDRE (Nederlandt / Nationale 3)

J’en tomberais bien du toit, à la renverse de t’attendre.
Sans vouloir m’immiscer, je n’ai plus rien à t’apprendre.
Que vouloir espérer, quand les pas ne mènent qu’au chemin des hommes de vies pressés, d’hier sans lendemain.

Partir pour décrocher quelques étoiles sans avenir, penser à son destin mais ne jamais rien définir.
Dans les heures de paresse où l’on tombe précipitamment, sentir courir le vent, sauter au milieu des errants.
Attendre de ne plus l’avoir pour faire son chemin, son choix, en espérant toujours de l’autre comme un reflet de soi.

Et finir en rêvant, sur le toit de tous les mondes que vapeurs et ardeurs baptiseront quelques secondes. Tout ce que nous avons vu, au fil des heures, évoluer vers d’apparents trésors et des années de liberté.
Les horizons si vastes qu’ils s’en sont évaporés.
Les grands jeux et les masques n’ont pas fini d’arbitrer nos vies au jour le jour et nos nuits éclipsées. Réalités mouvantes au taux d’alcool ingurgité.

Tout vient comme un tambour pour nous réveiller de ces vies en dérives, débordantes d’uniformité.
Pas pressé de voir si demain sera plus vivable.
Quel trésor d’imagination pour quelle nouvelle fable ?

Quant à l’appel des sirènes des fleuves noirs, trépidantes paresses de s’y engouffrer un soir.
Quelle vérité jouer dans des processus bien établis ?
Devenir ce qu’on voudrait sans que cela ne soit permis.

Ne pas être prudent et refouler plus avant ce qu’on prétend de nous et qu’on attend impatiemment.
La liberté se perd quand on n’y prend pas garde.
Faut batailler ferme, ne pas baisser la garde.

S’approprier ses actes n’est pas si facile en soi.
Y croire est un chemin qui n’attend que toi.
La nuit, les routes n’ont pas toutes la même odeur.

Le sourire des autres t’amène cette chaleur qui redonne l’envie et l’énergie pour repartir dans la rencontre du monde à n’en plus finir.
Le cœur en dérive, l’esprit qui surnage, nos temps se partagent entre rire et rage.
De vies faux-fuyants, de nos yeux d’enfants, reste des envies de saisir le temps.

Comments

comments

WordPress Image Lightbox Plugin